Archives audiovisuelles : trois points de vue

Archives audiovisuelles : trois points de vue

par Simon Côté-Lapointe, Annaëlle Winand, Sébastien Brochu et Yvon Lemay

Texte intégral disponible sur Papyrus à l'adresse suivante : http://hdl.handle.net/1866/19887

Résumé(s)

Même si les archives audiovisuelles sont devenues omniprésentes dans l'environnement numérique, le milieu archivistique n'a pas nécessairement saisi pour autant toute l'importance du phénomène. À partir de cette réflexion, trois étudiants gradués ont présenté leur point de vue et recherches sur le sujet lors du congrès annuel de l'Association des archivistes canadiens (7-10 juin 2017, Ottawa, ON). Cet article a été développé sur la base des communications présentées au congrès. Chacun, face à son objet d'étude, s'interroge à sa manière sur la discipline archivistique à travers les archives audiovisuelles et les institutions qui les conservent. Tout d'abord, il sera question des nouveaux usages, usagers et formes d'exploitation des documents d'archives audiovisuels numériques et des moyens d'améliorer leur organisation et leur diffusion sur le Web. Ensuite, les Prelinger Archives serviront de base pour l'analyse du déplacement des lieux d'archives tant sur le plan théorique qu'institutionnel ou structurel. Finalement, une étude de plusieurs initiatives d'archivage des films de famille mettra en lumière la valeur de ces documents souvent laissés de côté par les institutions traditionnelles et permettra de réfléchir au rôle de médiateur de l'archiviste. À travers ces trois points de vue, il s'agit de repenser l'archivistique depuis l'exploitation, représentant pour les archivistes une occasion sans pareille de renouvellement et, par conséquent, de développement dans l'environnement numérique.

Even though audiovisual archives have become ubiquitous in the digital environment, the archival science field has not necessarily grasped the overall complexity of the phenomenon. Based on this reflection, three graduate students presented their perspectives and research on the subject at the annual conference of the Association of Canadian Archivists (June 7-10, 2017, Ottawa, ON). This article was developed on the basis of the papers presented at the conference. Each, faced with its object of study, interrogates in its own way on the archival science discipline through the audiovisual archives and the institutions which preserve them. First of all, it will be discussed new uses, users and forms of exploitation of digital audiovisual archive documents and ways of improving their organization and distribution on the Web. Then, the Prelinger Archives will serve as a basis for the analysis of the displacement of archival sites on the theoretical, institutional and structural levels. Finally, a study of several home movies archiving initiatives will highlight the value of these documents often left aside by traditional institutions and will help to reflect on the archivist's role as mediator. Through these three points of view, archival science will be thought from the exploitation, representing for the archivists an unparalleled opportunity of renewal and, consequently, of development in the digital environment.

Note(s)

Cet article a été développé sur la base des communications présentées au congrès annuel de l'Association des archivistes canadiens (7-10 juin 2017, Ottawa, ON).

This article was developed on the basis of the papers presented at the annual conference of the Association of Canadian Archivists (June 7-10, 2017, Ottawa, ON).